RES CHEZ LES AUTEURS PHILOSOPHIQUES DES 12 ET 13 SIÈCLES
Jacqueline Hamesse
RES CHEZ LES AUTEURS PHILOSOPHIQUES DES 12 ET 13 SIÈCLES
91

L’étude du mot res chez les auteurs philosophiques des 12 e

et 13 e siècles présente un très grand intérêt tant pour le lexico-

graphe que pour l’historien de la philosophie, car elle permet de

mettre en lumière ce qui constitue la richesse du latin médiéval,

on pourrait même dire son caractère éminemment vivant.

Pour illustrer ce propos, il faudra d’abord traiter de diffé-

rents exemples qui mettront en lumière le sens particulier que

res revêt chez les philosophes médiévaux; il faudra ensuite tenter

de découvrir les causes historiques de cette évolution.

Lorsqu’on lit les textes philosophiques des 12 e et 13 e siè-

cles contenant différents emplois du mot res , on se rend très

vite compte qu’à côté des sens classiques du terme dont on a

déjà parlé et sur lesquels il n’est pas nécessaire de revenir pour

ne pas allonger démesurément cet exposé, il existe une accep-

tion tout à fait particulière du mot res qui a été privilégiée par

les différents auteurs de cette époque.

L’enquête présentée ici est partielle puisqu’elle est limitée

aux 12 e et 13 e siècles. Les résultats obtenus ne seront donc que

fragmentaires. Pour obtenir une synthèse complète et significa-

tive, il faudrait compléter la documentation en poursuivant les

recherches en deçà et au delà de ces deux siècles.

Les deux premiers exemples qui illustreront le sens spéci-

fique de res dans les textes scolastiques sont issus tous deux du

92

Commentaire aux Sentences de saint Bonaventure. Ces deux tex-

tes sont très éclairants parce qu’ils synthétisent d’une manière

très exacte la signification particulière de res dans les textes phi-

losophiques du moyen âge. Saint Thomas définira res à peu près

dans les mêmes termes, mais comme l’exposé du Père Busa est

consacré à cet auteur, il ne sera pas fait appel au Docteur Angé-

lique dans cette communication.

Res enim dicitur a reor, reris, quod dicit actum a parte animae; et alio

modo res venit ad hoc quod est ratus, quod dicit stabilitatem a parte

naturae; et sic res dicit stabilitatem sive ratitudinem ex parte enti-

tatis 1 .

Dicendum quod res accipitur communiter et proprie et magis proprie.

Res, secundum quod communiter dicitur, dicitur a reor, reris; et sic

comprehendit omne illud, quod cadit in cognitione, sive sit res exterius,

sive in sola opinione. Proprie vero dicitur res a ratus, rata, ratum,

secundum quod ratum dicitur esse illud quod non tantummodo est

in cognitione, immo est in rerum natura, sive sit ens in se, sive in

alio; et hoc modo res convertitur cum ente. Tertio modo dicitur res

magis proprie, secundum quod dicitur a ratus, rata, ratum, prout ratum

dicitur illud quod est ens per se et fixum; et sic res dicitur solum de

creaturis et substantiis per se entibus 2 .

Ces deux exemples nous mènent immédiatement au coeur

du sujet: on est loin ici de la chose concrète. Au contraire, le

terme res est utilisé d’une part pour exprimer une des notions

premières du savoir et d’autre part pour désigner un attribut

transcendental de l’être. On voit donc res évoluer dans deux

sens très différents: dans le premier cas, et nous sommes ici en

logique, res devient l’objet de la pensée (il y a donc passage du

93

concret à l’abstrait), dans le second cas, et nous sommes alors

en métaphysique, res devient l’essence même de l’être (il y a

donc passage de la banalité du mot ‘chose’ à la spécificité la

plus grande).

Les deux définitions données par Bonaventure résument ad-

mirablement et très clairement la conception bien particulière de

res que les autres auteurs qui seront cités ont à leur tour ex-

primée avec plus ou moins de précision.

La triple définition du mot res, qui a été citée dans le se-

cond extrait du Commentaire aux Sentences de saint Bonaventure,

a dû connaître un certain succès. On la retrouve, en effet, dans

un Lexique philosophique du 14 e siècle, encore inédit, qui nous

est conservé dans un manuscrit de la Bibliothèque Municipale de

Toulouse 3 . On lit la définition suivante au f. III va:

Res tribus modis accipitur: uno modo communiter et sic comprehendit

omne illud quod cadit in cognitione; et sic dicitur a reor, reris. Secundo

modo proprie et sic converti tur cum ente extra animam. Tertio modo

magis proprie et sic tantummodo dicitur de ente per se quod est

substantia. Et hiis duobus modis dicitur a ratus, a, um.

Au 12 e siècle, il semble que seule la dimension logique de

res qui a été évoquée plus haut ait été retenue. La dimension

métaphysique n’est pas encore vraiment admise. Ceci n’a rien

d’étonnant et rejoint même un phénomène général qui caracté-

rise le 12 e siècle: c’est pendant cette période que le vocabulaire

proprement philosophique s’élabore et que les mots s’orientent

vers d’autres sens, non sans hésitations et tâtonnements. Témoin,

un texte de Clarembaud d’Arras qui écrit dans son Commentaire

sur le De trinitate de Boèce:

...aliquando tamen hoc vocabulum res abusive interponentes substan-

94

tiam dicimus unam rem, formam vero subiecti rem alteram numeramus.

Sed non hoc ex rerum natura descendit; substantia enim et forma

unum sunt actuale 4 .

Le mot res joue un rôle très important dans les oeuvres

logiques d’Abélard. Il est inutile de citer des exemples puis-

qu’il existe à ce sujet une excellente étude faite par Jean Joli-

vet. Dans ses Notes de lexicographie abélardienne il montre que,

si Abélard a une conception uniquement logique de ce terme,

dans certains textes res est employé de manière ambiguë et re-

flète alors une ontologie qui pourrait bien trouver sa source dans

le platonisme 5 .

L’évolution de res vers un sens métaphysique est très bien

illustrée par un problème théologique qui eut une grande im-

portance et donna lieu à de multiples controverses pendant cette

période: il s’agit de la question qui concerne l’existence de trois

personnes différentes en Dieu.

Un texte, extrait du De doctrina christiana de saint Augus-

tin, se trouve au centre de ce débat:

Res igitur, quibus fruendum est, pater et filius et spiritus sanctus

eademque trinitas, una quaedam summa res communisque omnibus

fruentibus ea, si tamen res et non rerum omnium causa, si tamen et

causa 6.

95

Le texte d’Augustin sera souvent commenté dans les siè-

cles qui suivent et donnera lieu à des interprétations diverses

qui porteront surtout sur le sens du mot res. Quelle est la si-

gnification précise de ce terme dans le passage cité? Faute d’in-

formations précises, les différents commentateurs hésiteront à ce

sujet et res se trouvera ainsi placé au centre d’une grande con-

troverse.

Anselme de Canterbury essaie de déterminer le sens de res

dans un très long développement:

Dicit, sicut audio, ille, qui tres personas dicitur asserere esse velut tres

angelos aut tres animas: « Pagani defendunt legem suam, Iudaei de-

fendunt legem suam. Ergo et nos Christiani debemus defendere fidem

nostram». Audiamus, quomodo iste Christianus defendat fidem suam.

«Si, inquit, tres personae sunt una tantum res et non sunt tres res,

unaquaeque per se separatim, sicut tres angeli aut tres animae, ita ta-

men, ut voluntate et po tenda omnino sint idem: ergo pater et spiritus

sanctus cum filio incarnatus est». Videte, quid dicat iste homo, quo

modo defendat iste Christianus fidem suam. Certe aut vult confiteri

tres deos, aut non intelligit, quod dicit. Sed si tres deos confitetur,

Christianus non est. Si autem affirmat, quod non intelligit, non illi

credendum est. Huic homini non est respondendum auctoritate sacrae

scripturae, quia aut ei non credit, aut eam perverso sensu interpretatur.

Quid enim apertius dicit scriptura sacra quam, quia deus unus et solus

est? Ratione igitur, qua se defendere nititur, eius error demonstrandus

est. Ut autem facilius et brevius hoc faciam, loquar tantum de patre

et filio, quoniam hae duae personae suis propriis vocibus aliae ab invi-

cem aperte designantur. Nam nomen spiritus sancti non est alienum a

patre et filio, quia uterque est et spiritus et sanctus. Quod autem in

patre et filio de unitate substantiae vel pluralitate personarum inve-

niemus, hoc in tribus absque dubio cognoscemus. Dicat ergo: «Si

duae personae pater et filius non sunt duae res».

Quaeramus primum, quid velit hic dicere «duas res». Nam unam-

quamque personam credimus esse hoc, quod commune est ambobus et

esse hoc, quod proprium est sibi. Persona enim patris et deus est, quod

commune est illi cum filio, et pater est, quod eius proprium est. Simi-

liter persona filii et deus est, quod commune est illi cum patre, et

96

filius est, quod non nisi de hac sola persona dicitur. In his igitur

duabus personis unum est commune, id est deus, et duo propria, quae

sunt pater et filius. Quaecumque enim illis sunt communia — ut

omnipotens, aeternus —, in hoc solo communi intelliguntur. Et quae

singulis sunt propria — ut patri genitor vel gignens et filio verbum

vel genitus — his duobus nominibus, patris scilicet et filii, significan-

tur. Cum igitur dicit has duas personas esse duas res, quaero, quid

dicat ibi esse duas res
: an id, quod commune est illis, an ea, quae

propria sunt singula singulis. Sed si duas res esse dicit duo propria, id

est patrem et filium, — ut tamen id, quod commune est, non sit plures

res, sed una et sola res —: superflue hoc dicit, quia nemo Christianus

confitetur patrem et filium secundum haec duo propria unam rem

esse, sed duas. Solemus enim usu dicere rem, quidquid aliquo modo

dicimus esse aliquid
. Qui autem dicit de deo patrem aut filium, aliquid

dicit de eo. Et omnes sciunt in deo patrem non esse filium et filium

non esse patrem, quamvis in uno homine pater sit filius et filius sit

pater, si idem homo est pater et filius. Quod ideo fit, quia in deo dicun-

tur opposite, in uno vero homine non ad invicem, sed ad alium filium

pater et ad alium patrem filius dicitur 7.

Quant à Abélard, dans l’ Introductio ad theologiam, il ac-

cuse Gilbert de la Porrée d’être l’auteur d’une théorie erronée

concernant la distinction des trois personnes en Dieu:

Alter quoque totidem erroribus involutus, tres in Deo proprietates, se-

cundum quas tres distinguntur personae, tres essentias diversas ab ipsis

personis, et ab ipsa divinitatis natura constituit, ut scilicet paternitas

Dei, vel filiatio sive processio, res quaedam sint tam ab ipsis personis,

quam ab ipso Deo diversae, qui etiam Dominum Jesum in corpore,

more aliorum hominum crevisse denegat, et ejus longitudinis corpus in

utero matris, vel in cunis exstitisse, cujus postmodum fuit in cruce 8 .

97

Or, si on se reporte au texte de Gilbert de la Porrée, on

constate que ce dernier nie explicitement une pluralité d’essences

en Dieu:

...Unde etiam dicimus unam esse ουσίαν vel ούσίωσιν, id est essentiam,

vel subsistentiam Deitatis, hoc est Deitatem; sed tamen tres ύποστάσεις,

id est tres substantias. Non quidem quod illi qui sunt tres, diversis

proprietatibus suis sint, et creatorum tres causae, vel tria principia; sed

quod horum trium unusquisque et causa, et esse, et principium om-

nium est, et hac ratione illis omnibus substans. Sed sicut quamvis non

nisi una sit trium divinitas, et una aeternitas, si tamen dicatur tres

personae divinae et aeternae, recte divinitatis et aeternitatis salva sin-

gularitate, pluralitas adjectorum nominum, id est divinae et aeternae,

redditur pluralitati nominum quibus in eadem orationis parte adjiciun-

tur, id est tres et personae, quae vere rerum et vocum numero plu-

ralia sunt: ita quamvis non nisi una eorumdemque ratio, qua unusquis-

que illorum est per se, et etiam tres vi simul omnium creatorum sunt

una causa, unum esse, unum principium, salva tamen hujus rationis

singularitate, pluralitas horum nominum, id est, ύποστάσεις, vel substan-

tes, recte redditur pluralitati hujus nominis, quod est tres, cui in eadem

orationis parte adjiciuntur 9 .

Tout cette querelle vient de l’ambiguïté du mot res qui n’a

pas encore reçu de sens précis à l’époque. Ceci n’est pas éton-

nant au 12 e siècle, comme nous l’avons dit plus haut, et Gilbert

de la Porrée fait lui-même allusion à ces difficultés dé com-

préhension dues à l’utilisation de termes courants dans des sens

plus techniques:

... Igitur quod de divina substantia, id est de Deo substantialiter praedi-

98

catur, id tribus, id est Patri, et Filio, et Spiritui sancto, oportet esse

commune. Ita singulariter debuit dicere, quod et praedicatur, et id

et commune: quoniam, sicut dictum est, non nisi unum est, quod de

his substantialiter dicitur. Quia tamen id quarumdam rationum pro-

portionibus, saepe diversis significandi modis ostenditur, id est, vel ad

generum, vel ad qualitatum, vel ad qualitatum mutationem, cum dici-

mus, Deus bonus, magnus, et hujusmodi alii nominibus significatur,

pluraliter dixit: Quaecunque, et praedicantur, et ea, et communia. Nec

mirum si in theologicis
, ubi cognatos rebus de quibus loquimur, non

possumus habere sermones; sed ad illa significanda illos qui sunt caete-

rarum facultatum ex aliqua rationis proportione, transumimus, multis

nominibus et diversis modis idem significamus
, cum in naturalibus, ubi

non est tanta inopia nominum, idem saepe faciamus: ut corpus, cor-

porale, corporeum, idem sed diverso modo significant. Item animal

animale, et homo humanum, et hujusmodi plurima 10 .

L’ambiguïté de res se retrouve chez d’autres auteurs de la

même époque. Robert de Melun, par exemple, parle de trois res

en Dieu sans vouloir désigner ainsi trois substances distinctes:

Nam hec tria unum sunt, quia divina essentia sunt; et unum hec tria

est, quia divina essentia hec tria est, que sola vere et summe unum

est. Nullus moveri debet inde quod hec tria Deum esse predicamus et

Deum hec tria esse affirmamus. Nam hec tria Deum esse, et Deum hec

tria esse
, beatus asserit Augustinus, qui etiam tres res tres personas

esse dicit
11.

C’est le 4 e Concile de Latran (1215) qui mettra un terme

à cette controverse en considérant res comme synonyme de

substance, essence ou nature divine:

99

...et ideo in deo trinitas est solummodo non qua ternitas quia quaelibet

trium personarum est illa res videlicet substantia, essentia sive natura

divina quae sola est universorum principium praeter quod aliud inve-

niri non potest et illa res non est generans neque genita neque proce-

dens sed est pater qui generat, filius qui gignitur et spiritus sanctus

qui procedit ut distinctiones sint in personis et unitas in natura 12 .

Au 13 e siècle au contraire, la dimension métaphysique de

res est bien attestée:

...res et ens significant eamdem essentiam, non tamen sunt nomina

synonyma, nec significant duas intentiones, sicut homo et risibile, sed

significant eamdem intentionem, unum tamen ut est per modum actus,

ut hoc quod dico ens, aliud per modum habitus, ut res 13 .

Richard de Mediavilla à la fin du 13 e siècle donne une

triple définition de res, comme Bonaventure dans le 2 ème livre

du Commentaire aux Sentences 14:

Ad cuius intelligentiam notandum, quod res potest accipi communiter,

et sic comprehendit omne illud quod cadit in cognitione, et sic dicitur a

reor, reris. Alio modo proprie, et sic convertitur cum ente. Tertio modo

dicitur de ente per se, quod est substantia 15.

On pourrait citer bien d’autres textes à l’appui de ce qui

vient d’être dit, mais ceux-ci n’apporteraient rien de plus à cet

exposé. Il convient cependant avant d’en arriver aux conclu-

100

sions, de citer encore un passage d’Henri de Gand qui illustre

en outre l’importance capitale et bien connue de l’étymologie

pour les médiévaux.

Dans le 1 er livre du Commentaire aux Sentences, saint Bo-

naventure définissait res comme étant la stabilitas sive ratitudo

ex parte entitatis
16. En fait, le terme ratitudo est une création

typiquement médiévale. Ce terme n’existait pas dans l’Antiquité.

A notre connaissance, on le rencontre pour la première fois

dans l’oeuvre de saint Bonaventure qui semble l’avoir créé en le

faisant dériver de ratus pour bien distinguer l’acception méta-

physique de res de l’acception logique. Ce terme semble très rare.

Il ne figure pas dans l’oeuvre de Thomas d’Aquin. On le re-

trouve quelques années plus tard sous la plume d’Henri de Gand

qui écrit:

Aliquid autem sive res quae nata est esse vel quae est aliquid extra

intellectum, dicitur res a ratitudine... 17

Henri de Gand fait dériver res d’un mot qui n’a été créé

que quelques années auparavant, alors que res est bien attesté

depuis la plus haute antiquité. Il trouve dans ratitudo l’ ‘origine’

sémantique de res.

* * *

Cette définition donnée par Henri de Gand constitue une

excellente transition entre la première et la deuxième partie de

cet exposé consacrée à l’examen des causes historiques de l’évo-

lution caractéristique de res.

101

A ce stade de la recherche, on peut au moins distinguer

trois causes déterminantes de cette évolution. Il faut souligner

d’abord, comme première cause, l’importance accordée par les

médiévaux à l’étymologie, que cette étymologie soit d’ailleurs

vraie ou fausse, au sens moderne du terme. Que penser de l’éty-

mologie reor, reris qui semble bien établie au moyen âge? A. Er-

nout et A. Meillet dans le Dictionnaire étymologique de la langue

latine
l’avancent avec un point d’interrogation 18 .

Isidore de Séville, au début du 7 e siècle, dans ses Etymo-

logiae
n’y fait aucune allusion. La seule définition qu’il donne

de res est la suivante: Res sunt que in nostro jure consistunt 19 .

La notion abstraite de res comme objet de la pensée ap-

paraît pour la première fois au 11 e siècle dans le Vocabulaire

de Papias qui nous donne une triple définition du terme:

  • 1. Quidquid sentitur vel intelligitur vel latet, quae si non cogitantur

    non minus sunt.
  • 2. Res incorporale.
  • 3. Quae in nostro jure consistunt 20.
  • C’est au 13 e siècle que Jean de Gênes dans le Catholicon

    donne à la fois le sens logique et le sens métaphysique de res:

    1. Proprie quidem res sunt quas sola estimatione et intellectu com-

    prehendimus ut incorporeae .

    102

    2. Quodlibet ens, unum de transcendentibus.

    3. Quae in nostro iure consistunt 21

    Ces trois lexicographes constituent d’excellents témoins de

    l’évolution des sens du mot res au fil des siècles. On voit bien

    comment l’étymologie reor, reris, puis ratus (participe passé du

    même verbe) a conditionné les médiévaux et les a menés à des

    sens de res qui sont tout à fait propres à leur époque.

    La deuxième cause de l’évolution du mot res relève du

    problème plus général des traductions. Devant l’apport de la

    philosophie grecque, les traducteurs se sont trouvés dans l’obli-

    gation de rendre en latin non seulement des termes qui n’avaient

    pas d’équivalent, mais aussi des réalités qui n’existaient pas. Le

    mot grec ύπόστασις, par exemple, sera translittéré en hypostasis,

    mais de nombreux auteurs trouveront une équivalence à cette

    translittération en la remplaçant par res naturae. Comme l’écrit

    le Père Chenu dans La théologie au 12 siècle; «Res naturae

    (par opposition à natura rei), où un sort est fait au si neutre

    latin res, est un beau produit de la spéculation trinitaire, con-

    trainte de contreposer l’existence personnelle à la nature abs-

    traite» 22 .

    La dernière cause de cette évolution est constituée par l’in-

    fluence de la philosophie arabe sur la pensée latine. Il suffit d’en

    donner un exemple: plusieurs philosophes du 13 e siècle sont tri-

    butaires d’Avicenne dans la compréhension qu’ils ont du mot

    res. Richard de Mediavilla, par exemple, à la fin du 13 e siècle,

    dans le deuxième livre du Commentaire aux Sentences, fait ex-

    plicitement appel à Avicenne lorsqu’il définit le mot res:

    Dico, quod sicut ignis calefacit calefactione, et caliditate, ita res est per

    103

    esse, et per essentiam, quia secundum Avic. 5. meta. c. 5. quiditas est

    id quo est, quid est. Dico ergo, quod res est una numero per illud,

    quod est sicut per essentiam, non per illud, quod est sicut per esse 23 .

    A la même époque, Henri de Gand écrit:

    ...quicquid contingit hominem scire, necesse est quod ens sit, ita quod

    prima ratio scita oportet quod sit ratio et intentio entis, secundum quod

    dicit Avicenna ( Met., tr. I, 1. 2, c. 1, 72 rb): «ens et res talia sunt

    quod statim imprimuntur in anima prima impressione quae non acqui-

    ritur ex aliis notioribus se, et alia ab eis » 24 .

    On le voit, les causes de l’évolution du mot res sont di-

    verses. On aimerait connaître la première apparition de cette

    évolution. Res semble avoir été un terme tellement banal dans

    l’Antiquité que dans la plupart des cas, il était nécessaire de le

    faire suivre d’un autre mot pour qu’il ait un sens précis. Qu’on

    se rappelle les expressions telles que res familiaris, res publica,

    res civilis
    etc. Inversément, dans la langue philosophique médié-

    vale, res n’est jamais spécifié. En latin scolastique, res a évolué

    pour devenir éminemment spécifique, témoignant ainsi de la ri-

    chesse de la langue latine médiévale et de sa vitalité. Dans ce

    processus, la réflexion de type étymologique a joué un rôle pré-

    pondérant. Bernard Silvestris n’écrit-il pas au 12 e siècle: ... eti-

    mologia divina aperit et practica humana regit
    25 ?

    L’impact de l’étymologie sur l’évolution du mot res ex-

    plique ce passage du concret à l’abstrait qui aura tant d’impor-

    104

    tance aussi bien pour les nominalistes que pour les métaphysi-

    ciens de l’époque.

    Nous sommes donc bien loin ici de l’apparente banalité du

    mot res. La faiblesse sémantique dont ce terme témoignait pen-

    dant l’Antiquité s’est transformée en une charge sémantique très

    grande. C’est peut-être ce qui explique que res, qui, comme nous

    fa expliqué Peter Flury, apparaît dans les textes classiques

    comme le substantif le plus fréquemment employé, n’a qu’une

    fréquence peu élevée dans les textes philosophiques du moyen

    âge, puisque les auteurs ne l’utilisent plus d’une manière banale,

    mais au contraire de manière hautement spécifique.

    1.
    S. Bonaventurae Opera omnia... edita studio et cura PP. Collegii

    a S. Bonaventura, t. I (1882), dist. 25, dub. III, p. 446b.
    2.
    Ibid., t. II (1885), dist. 37, dub. I, p. 876a.
    3.
    Toulouse, Bibliothèque Municipale, 746.
    4.
    Cf. W. JANSEN, Der Kommentar des Clarenbaldus von Arras zu

    Boethius De trinitate. Ein Werk aus der Schule von Chartres im 12.

    Jahrhundert
    (Breslauer Studien zur historischen Theologie, Band VIII),

    Breslau 1926, p. 50, 29-33.
    5.
    J. J OLIVET , Notes de lexicographie abélardienne, in P. Abélard-

    P. le Vénérable
    , Paris 1975, pp. 531-543. L’analyse du mot res occupe

    les pages 534 à 538.
    6.
    Sancti Aurelii Augustini De doctrina christiana (Corpus Chri-

    stianorum
    , XXXII, Pars IV, 1), Turnhout 1962, I 5, p. 9, 1-4.
    7.
    S. Anselmi Cantuariensis Archiepiscopi Epistola de incarnatione

    verbi
    , recensuit Francescus Salesius SCHMITT (Florilegium Patristicum

    tam veteris quam medii aevi auctores complectens
    , XXVIII), Bonn

    1931, II, p. 10, 10 - p. 11, 14.
    8.
    Petri Abaelardi introductio ad theologiam, P. L., 178, II 7,

    1056 D - 1057 A. A propos de ce problème concernant l’existence de

    trois personnes en Dieu, cf. N.M. HARING, The Case of Gilbert de la

    Porrée Bishop of Poitiers
    , «Mediaeval Studies», XIII (1951), pp. 1-46.
    9.
    Gilberti Porretae Commentaria in librum de duabus naturis et

    una persona Christi
    , P. L., 64, 1377 C - 1378 A.
    10.
    Gilberti Porretae Commentaria in librum de praedicatione trium

    personarum
    , P. L., 64, 1306 B.
    11.
    R. MARTIN, Oeuvres de Robert de Melun. Tome III: Sententiae,

    vol. I
    (Spicilegium Sacrum Lovaniense, 21), Louvain 1947, I, pars 2a,

    p. 274, 28 - p. 275, 6.
    12.
    Concilium Lateranense IV, const. 2, in Conciliorum oecumeni-

    corum decreta
    , ed. Istituto per le scienze religiose, Bologna 1973,

    p. 232, 8-10.
    13.
    SIGERUS DE BRABANTIA , In Metaphysica, IV (cité par A. MAU-

    RER, «Esse» et «essentia» chez Siger de Braban,, «Mediaeval Stu-

    dies»
    , VIII (1946), p. 72).
    14.
    Cf. S. BONAVENTURA, supra, p. 92, n. 1.
    15.
    Clarissimi theologi magistri Ricardi de Media Villa ... Super

    quatuor libros Sententiarum Petri Lombardi quaestiones subtilissimae
    ,

    Brixiae 1591, II, dist. XXXVII, art. IV, q. II, circa litteram, f. 458a.
    16.
    Cf. S. BONAVENTURA, supra, p. 92, n. l.
    17.
    HENRICUS GANDAVENSIS, Quodlibet VII (cité par J. PAULUS,

    Henri de Gand. Essai sur les tendances de sa métaphysiqueEtudes

    de philosophie médiévale
    , XXV»), Paris 1938, p. 24.
    18.
    A. ERNOUT - A. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la lan-

    gue latine. Histoire des mots,
    Paris 1967, 4e éd., p. 571.
    19.
    Isidori Hispalensis Episcopi Etymologiarum sive originum libri

    XX
    , recognovit brevique adnotatione critica instruxit W.M. Lindsay,

    Oxonii 1911, vol. I, lib. V, XXV, 2.
    20.
    Cette référence de Papias nous a été très obligeamment com-

    muniquée par l’équipe du Glossaire du latin philosophique médiéval

    à la Sorbonne.
    21.
    De même que la precedente, cette référence est extraite du

    fichier du Glossaire du latin philosophique médiéval.
    22.
    M.-D. CHENU, La théologie au douzième siècle (Etudes de phi-

    losophie médiévale
    , XLV), Paris 1957, p. 378.
    23.
    RICARDUS DE M EDIAVILLA , op. cit., II, dist. Ill, art. I, q. I,

    ad 4, f. 50b.
    24.
    HENRICUS G ANDAVENSIS , Summ., 3, I, 7 (cité par J. PAULUS ,

    op. cit., p. 22).
    25.
    Commentum Bernardi Silvestris super sex libres Eneidos Vir-

    gilii.
    Nunc primum edidit Guilielmus Riedel, Gryphiswaldae 1924, lib.

    III, p. 19, 29.


    Jacqueline Hamesse . :

    This page is copyrighted

    Refbacks

    • There are currently no refbacks.